Le Cliff vient de fêter son 30ème anniversaire. Quatre débats, deux ateliers, un dîner de gala. Pendant une journée entière, ce 12 décembre, plus de 250 participants ont pu échanger et partager leurs multiples et diverses expériences, dans une ambiance constructive, positive et dynamique.  Oublié le temps de l’ « informateur financier ». Celui qui a pris les habits d’Investor Relations a vu son métier évoluer en profondeur. Il occupe désormais une place de premier choix dans les décisions stratégiques prises par les entreprises.

Chris Hollis, Président du Cliff et Directeur de la communication financière de LVMH, revient ici sur la place incontournable qu’occupe l’Investor Relations au sein de l’entreprise.

  • Le métier d’Investor Relations a profondément changé ces dernières années …

Ce métier s’est très vite adapté à un environnement qui s’est considérablement complexifié ces dernières années. J’identifie pour ma part trois bouleversements :

  1. D’abord, les arrivées de marchés alternatifs (les MTF’s, les Dark Pools, les High frequency trading, …), mais aussi celles d’instruments financiers qui rendent l’identification des actionnaires plus difficile (ETF, CFD, ..). Viennent s’ajouter la montée en puissance d’analystes extra-financiers (ESG) ou encore l’entrée en scène des activistes.
  2. Ensuite, force est de constater que les règles sont sans cesse plus nombreuses et plus exigeantes : le MAR sur l’abus de marché, les nouvelles normes comptables IFRS16, 15, 9, le GDPR sur la gestion des données personnelles, MiFid2 sur les relations brokers / investisseurs, sans oublier Sapin 2 et le devoir de vigilance et la prévention de la corruption, ….
  3. Enfin, l’omniprésence des réseaux sociaux accélère la circulation des informations (vraies comme fausses) et donne un écho médiatique qui dépasse largement la seule audience financière. Il faut donc une information précise et cohérente.
  • Quelle place occupe désormais l’Investor Relations au sein de l’entreprise ?

L’Investor Relations a su répondre à tous ces changements profonds. Il a su s’adapter et trouver des méthodes toujours plus efficaces pour répondre aux nouvelles attentes, aux nouveaux besoins, financiers et extra-financiers (ISR, ESG). Il s’est professionnalisé.

Dans un marché global, l’Investor Relations rencontre à travers le monde toutes sortes d’investisseurs, individuels et institutionnels, il entend leurs questions, leurs regards sur le positionnement, sur la stratégie par rapport à la concurrence, sur la gouvernance, sur l’environnement économique. L’Investor Relations est devenu une source d’informations très précieuses à faire partager en interne. Une valeur ajoutée considérable.

Dans le même temps, l’Investor Relations travaille de plus en plus avec toutes les communications de l’entreprise : direction financière, direction des ressources humaines, direction juridique, secrétariat général, …, en lien étroit avec la présidence, la direction générale. Il nourrit et contribue aux décisions et à la stratégie de l’entreprise.

Beñat Caujolle