Il est loin le temps des rapports de développement durable déclarant de belles intentions mais ne parvenant pas à convaincre les lecteurs. La transposition de la directive européenne relative au reporting extra financier se met en place. Ce nouveau reporting plus pertinent et concis nécessite un travail de réflexion et de scénarisation de l’information pour passer d’une logique de conformité à un outil de pilotage stratégique de l’entreprise.

 Présenter de manière pédagogique son modèle d’affaire

Au menu des nouvelles obligations imposées par la règlementation européenne : la réalisation de son modèle d’affaire. Au delà de la contrainte, il faut y voir l’opportunité pour les entreprises de relier la RSE à leur business en présentant clairement la manière dont elles produisent et créent de la valeur. Si l’exercice est connu des émetteurs qui ont développé une première approche du rapport intégré, pour les autres, ce travail est à mener en amont de la rédaction du rapport car il nécessite une réflexion collective et intégrée sur le sujet.

Idée d’illustration : une infographie présentant les actifs tangibles et intangibles de l’entreprise en lien avec son éco système

Cartographier ses risques clés

La nouvelle circulaire met l’accent sur l’identification et le suivi des principaux risques extra financiers. Objectif : démontrer la manière dont l’entreprise reporte sur les impacts liés à son activité à travers quatre catégories d’informations :

  • les risques sociaux et sociétaux
  • les risques environnementaux
  • les risques liés au respect des droits de l’Homme
  • la lutte contre la corruption (uniquement pour les sociétés cotées).

Ici encore, ce travail ne s’improvise pas car il nécessite une concertation des parties prenantes autour de l’identification des enjeux les plus significatifs. La complexité est de bien sélectionner ses parties prenantes et de communiquer autour de l’impact des risques mais aussi des opportunités pour ne pas nuire à l’attractivité de l’entreprise.

Si de nombreux émetteurs publient déjà une matrice de matérialité, il faudra donc la revisiter à l’aune de cette analyse des risques. Autre possibilité : présenter une cartographie globale dans le chapitre dédié aux risques en y intégrant les renvois nécessaires.

Idée d’illustration : une approche par les risques/opportunités de la matrice de matérialité ou la réalisation d’un tableau synthétique et intégré.

Sélectionner ce qui est important :

C’est un peu l’ADN de cette directive européenne qui engage les entreprises à privilégier la pertinence à l’exhaustivité des informations. Aucune méthodologie n’est imposée pour réaliser ce travail, le contenu des publications et le choix des indicateurs devraient donc différer d’un émetteur à un autre. Pourtant, le besoin des lecteurs de comparer l’information entraînera probablement une convergence des reportings à l’échelle d’un secteur d’activité. L’OTI évaluera la conformité et la sincérité des informations à travers notamment l’analyse des procédures et les méthodes de calcul des principaux indicateurs.

Idée d’illustration : un tableau de bord des enjeux clés, associés à des plans d’actions et KPIs

 

Sandrine L’Herminier

Directrice du Pôle RSE – Labrador Conseil